Création d’une pépinère 

Dans Gaza sous blocus, pour vivre de leur travail et fournir à la population les produits frais nécessaires, les paysans des villages de Khuza’a et Abasan décident de créer, entretenir, améliorer, leurs propres semences.

Humani’terre et UJFP ont décidé d’unir leurs forces pour appeler le mouvement français de solidarité avec la Palestine à soutenir les paysans dans ce nouveau défi.

Le terrain (5 dunums), sur les terres du mokhtar Abu Jamal, est situé au sud des terres de Khuza’a (Fokhari), à 1 700 m de la barrière qui enferme Gaza.

La belle réponse du mouvement de solidarité se concrétise ici sous nos yeux, par le démarrage des travaux de gros-oeuvre :

Juin 2020 : travaux Pépinière phase 2

Les travaux de la pépinière ont commencé le 26 mai 2020, et début juin la structure métallique de la pépinière est debout, avec sa grande réserve d’eau creusée dans le sol, et les cheminements intérieurs réalisés. Le compte rendu de cette première phase s’achevait par ces mots : « Les volontés sont maintenant tendues vers la mise en chantier de la deuxième phase : l’équipement intérieur de la pépinière, puis sa couverture ».

Les travaux de la deuxième phase commencent dès le 9 juin.

Sous les premiers rayons du soleil, l’équipe gazaouie au démarrage des travaux. Dans les champs qui jouxtent la future pépinière, on est en plein moment de la récolte des oignons.

Au 13 juin :

Les berceaux qui recevront les bacs des jeunes plants ont tous été montés et fixés. La couverture de la pépinière peut commencer.

14 Juin : 

Travail d’équilibriste, pour ajuster les « murs » d’abord, puis, image impressionnante, pour tirer savamment le grand métrage de bâche blanche qui va recouvrir les six unités qui forment la pépinière. Une couverture supplémentaire, noire cette fois, est nécessaire pour protéger l’installation du soleil.

18 Juin :

Se former pour être maîtres de tous les aspects de leurs travail :
À l’initiative du représentant de l’UJFP à Gaza, la branche de Khan Younis du ministère gazaoui de l’Agriculture a été tenue informée du projet de pépinière des paysans de Khuza’a et Abasan, et a proposé une aide précieuse, par l’organisation de sessions de formation tenues par des ingénieurs agronomes, permettant aux paysans de soigner au mieux la pépinière et leurs cultures.
Sous la présidence du mokhtar Abu Taïma, des paysans concentrés, attentifs, conscients de leurs savoir-faire, des ingénieurs motivés : une profession se donne les moyens de se défendre participants et ingénieurs se déplacent ensuite vers les terres, pour examiner et discuter les problèmes concrets rencontrés par les paysans, aussi bien pour les cultures de pleine terre que dans les serres.

23 Juin :

Enfin, dernière étape, l’équipement de la pépinière :
Les camions acheminant les indispensables intrants qui formeront l’aménagement intérieur de la pépinière se présentent sur le site, identifiés chacun par un grand poster rappelant le projet Pépinière « créer, entretenir, améliorer ses propres semences », et mettant à l’honneur les donateurs.
Le précieux matériel est déchargé, mis à l’abri : la volonté obstinée des paysans de Khuza’a et Abasan, être maître de leur processus de travail, prend corps.
Nous voilà au terme des deux premières phases de la construction de la pépinière.

Au 1er Juillet, les premières graines sont mises en terre.

Une savante alchimie : Toute la patience du monde pour ces gestes longtemps désirés :
Et enfin l’eau, l’une des injustices les plus criantes faites à la bande de Gaza. C’est d’abord pour l’eau que les paysans de Khuza’a et Abasan, par l’intermédiaire de leur mokhtar, ont fait appel à l’été 2016 au mouvement de solidarité français.
Solidarité qui depuis n’a cessé de se manifester en actes, et dont la pépinière est le plus récent succès. Une eau qu’il faudra coûte que coûte maintenir de haute qualité pour la venue des jeunes plants.

16 Juillet : Cérémonie d’ouverture de la pépinière